Art Culture Société

Loading...

Art Culture Société

La planète micro, macro. Les intérêts ciblés, Caraïbes, Amériques, Europe, de temps à autres, le monde, dans la mesure ou l'intérêt des lecteurs s'y attardent. Écrivez-nous! Vos commentaires sur eChasimbi.blogspot.com

Nombre total de pages vues

jeudi, octobre 12, 2006

Culture Haïtienne dans le Monde: La chronique de Chasimbi

L'errance mène à tout, j'ai fait le tour du monde et partout, vraiment partout ou je suis passé, j'ai rencontré soit des Haïtiens ou encore les traces qu'ils avaient laissées. Qu'elles fussent culturelles, historiques, politiques (voir même biologiques, parfois sans laisser de traces) Ayitiens tout koté). En Chine deux import-export venus acheter Made in China, dans les capitales Européennes une avalanche d'étudiants suivant en cela l'exemple des aînés qui vinrent étudier à Paris, Stanislas, la Sorbonne et plus tard Nanterre, Bruxelles, Lausanne, Rome, Amsterdam, Lodz, Moscou.
J'ai écouté un jazz haïtien à Abidjan, à l'Hotel Ivoire.Kompa sou moun yo. woy!
Quant à l'Amérique les Haïtiens sont partout. De Miami, New York, Chicago ,L.A., Frisco...coast to coast. Au Canada d'un océan à l'autre. St Jean-Moncton-Vancouver, (il y a Véronique avec sa musique haïtienne, et Jean reporter à Radio-Canada à Vancouver ), comme si vous y êtes. Sans problèmes, griots pois et riz,banane pesée, Rhum Barbancourt. Kot lambi a.

Art Littérature Haïtienne Mémoire d'Encrier (eChasimbi)

Vous ne connaissez assurément pas Carl Brouard. Si vous avez entendu le nom, c'est peut-être par un curieux rapprochement : la géographie et la poétique. Vous avez dû lire l'inscription suivante : Carl Brouard (1902-1965). À la fin des années vingt, il fait partie des écrivains de La Revue Indigène et devient par la suite le chef de file du mouvement Les Griots.
Ainsi, vos pas vous ont amené au coin d'une rue à Port-au-Prince, avec des arbres timides et quelques prés carrés bétonnés. Peut-être que de jeunes gens étudient leur leçon d'histoire sous des lampadaires, en se promenant d'un bout à l'autre. C'est la Place Carl Brouard.
Si vous êtes un amateur de littérature afro-caraïbéenne, on ne vous le taira pas – les manuels en premier lieu : issu d'une famille bourgeoise, Brouard a abandonné les fastes de la résidence parentale pour mener une vie de bohème auprès des marchandes du bas de la ville. Il fera de l'alcool une raison de vivre. On vous révélera des anecdotes (plus grivoises les unes que les autres) qui feront de l'histoire de Brouard un constat d'échec : un rêve d'écrivain avorté !
Mais, ne vous laissez pas prendre au piège du poétiquement correct ? L'essentiel, jamais on ne vous le dira. Carl Brouard a été l'écrivain de la rupture. Le seul qui ait su vivre sa colère, ses contradictions, et ses manquements, sans la volonté de monter en fil d'or son ego.
Il a préféré le tam-tam des rues aux putréfactions bourgeoises ; il a préféré les bouges aux salons dorés. Poursuivant la digression biographique, on vous dira qu'il a eu des funérailles officielles, et que Duvalier, son ami et mentor, Président-à-vie-de-la-République, a déclaré que Carl Brouard est le plus Haïtien de tous les poètes.

..................................................................................................
(La suite...
Cette « Présentation » de Carl Brouard, par Rodney Saint-Éloi, figure dans Anthologie secrète de Carl Brouard (Montréal: Mémoire d'encrier, 2004), pages 7-9. Elle est republiée, avec permission, sur « île en île ».
© 2004 Rodney Saint-Éloi et les Éditions Mémoire d'encrier tous droits réservés

Poésie (Jancy Bolté)

Allegro voce

Vocebile

Deux heures du matin, l'hôtel
je taquine les touches du clavier.
Du pur délire.
les mots ne s'entrechoques pas, ne se bouscules pas au portillon.
K n'est pas au rendez-vous souhaité.
Peintre et poète se chicanent les minutes, se crèpent le chignon
Balthazar fidèle au poste, répartit, en bon philosophe les largesses.
Rusé, il se prémunit des attaques de Vénus...qui attend la nuit
que les chats soient gris, pour tirer ses ficelles.

Mais depuis que Pluton n'est plus une planète, les choses ne se passent plus de la même manière.
Allons donc Icare, cinq heures du matin, le feu au cul!
Rien à faire.
C'est l'enfer.
Sur le mont de Vénus et Pluton qui n'est plus une planète.
S'entête.
Serait-ce jour-ci que le poème ne sera plus poésie.
Balthazar, Icare,quand poésie rime avec arrhes.
La musique se meurt, peu cher
Très chère.
K n'est toujours pas au rendez-vous.
Les funambules sur leur corde sont raides mort.
Plus comique que ça, je tique la zizique
Trois fois, sonnez, sonnates.
K ne mit reprendra plus.
Alleluia, sans plus.
Économisez toiles, couleurs et pinceaux
Les mots ne valent pas le pipeau
Du Pierrot.


Jancy (2006)

"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""
Chère
Cybèle d'atours, de ce transat
Ce poème au
Cœur, depuis vingt ans
Ce jour, d’aujourd’hui, je te le livre

Cybèle
En-dedans, pourtant si loin
L'onde, si belle, point et baille

Lorsque l'œil transparaît
À l'azurée du visage
Et que ton image s'y dépose. Je sais alors
Que je ne sais pas
Ce que je sais

Cette éternelle carafe
Jamais pleine, jamais vide
Toujours près, jamais là.
Jancy (1980)

Chasimbi Peintre et Peinture Marie Hélène Cauvin

Marie Hélène Cauvin

http://www.lux.ca/art/cauvin/source/cauvin06.htm

Pépé. Un rire est toujours sonore mais celui de Pépé Cauvin est la mesure des couleurs et lignes qu'elle utilise dans sa peinture. Visitez le site lux, pour voir ses couleurs.

Chasimbi (Agenda Activités Montréal)

Dans la communauté haïtienne de Montréal, du Québec au Canada, une activité n'attend pas l'autre. Pour suivre, rester à la page, plusieurs avenues vous sont offertes. Bien sûr, il y a l'agenda du Cidihca, mais aussi les carnets de Maggy Metellus sur Internet, la radio avec Alexandra Philoctète, Références Magazine, CPAM, CKUT et encore...
Si nou pa konin ce pase nou pa vle konin.Woy!

http://www.cidihca.com/agenda12.htm