Art Culture Société

Loading...

Art Culture Société

La planète micro, macro. Les intérêts ciblés, Caraïbes, Amériques, Europe, de temps à autres, le monde, dans la mesure ou l'intérêt des lecteurs s'y attardent. Écrivez-nous! Vos commentaires sur eChasimbi.blogspot.com

Nombre total de pages vues

jeudi, juillet 14, 2011

Etienne D. Charlier

Google Aperçu sur la formation historique de la Nation haïtienne.Les Presses libres-Port-au-Prince- 1954Page 49, Note (1)  Cécile Fatiman, femme de Louis Michel Pierrot, qui commanda un bataillon indigène à Vertières et devint plus tard président d'Haïti , participa (Attention,participer n'est pas présider, G.C.) à la cérémonie du Bois Caïman: elle était une mambo. Fille d'une négresse africaine et d'un prince corse, Cécile Fatiman était une mulâtresse aux yeux verts et à la longue chevelure noire et soyeuse et avait été vendue avec sa mère à Saint Domingue. La mère avait également deux fils qui disparurent au hasard de la traite, sans laisser de traces. Cécile Faitiman vécut au au Cap jusqu'à l'âge de 112 ans en pleine possession de ses facultés.
Nous tenons ces renseignements du général Pierrot Benoît Rameau, petit-fils de Louis Michel Pierrot et de sa femme, qui nous a autorisés à les rendre publics. On sait que le général Rameau est l'un de nos héros nationaux, dont on parle très peu,probablement parce qu'il est vivant et par suite, encombrant.En effet, en 1915, lorsque survint l'intervention nord-américaine, il guerroyait dans le Nord comme général en chef des troupes de Rosalvo Bobo. D'accord avec celui-ci, et malgré toutes les offres alléchants de l'envahisseur, il s'opposa à la Convention qu'il combattit les armes à la main : ce qui lui valut plus de onze années de prison et la subtilisation de sa fortune.
Dans la plus complète indifférence l'homme haïtien d'aujourd'hui, ce curieux sous-produit de notre grande histoire, voit passer ce viellard étrange, tout à fait d'un autre âge, de l'âge de notre grandeur, qu'il faut saluer bien bas, malgré son français informe ou s'exprime une logique implacable et l'honneur national porté au plus haut point:

Vos 140.000 $ ne peuvent pas approvisionner mon honneur, Capitaine Waller! répondit Rameau à l'occupant qui voulait l'acheter: Toussaint Louverture, Dessalines et la plupart de ces grands chefs de 1804 ne parlaient pas plus élégamment. L'entrevue de Rameau avec le Colonel Waller et l'Amiral Caperton eut lieu au Dattes de Gonaives, à la maison de plaisance de M. Désert, en septembre 1915, en présence du consul américain Woel, père de Gaston  Woel.
N.B.Le général Rameau qui passait la journée, chaque samedi dans notre famille à Pétionville, nous a fait plusieurs fois ce récit que mon mari a jugé bon de conserver pour la postérité. E.D. Charlier, d'une probité intellectuel toujours aussi rare, en a donné lectur en ma présence au Général Rameau qui dit n'avoir rien à lui reprocher et l'a félicité d'avoir si bien rapporté toute la vérité de ses propos.

P.S. Nous tenons à faire remarquer que cette note d'Étienne  Charlie n'infirme nullement le fait que selon la tradition, cette cérémonie dit été présidée par une vielle femme noire qui officiait. Dans la plupart des religions , lorsqu'il s'agit d'une cérémonie importante,de nombreux prêtre et prétresses y assistaient et parfois plusieurs y officiaient comme dans un boulé zin  par exemple.

Ghislaine  













Aucun commentaire: